fbpx
Logo de la boutique d'ancien et vintage Puces et Encore

Cadre cheveux reliquaire

60,00

En stock

Cadre cheveux reliquaire : petit cadre reliquaire souvenir ovale de style Napoléon trois. Le cadre en bois noir est rehaussé d’un filet doré. Le verre bombé est d’origine. La composition intérieur est réalisée avec des cheveux blonds et bruns. Les volutes composées de cheveux sont accompagnées de fleurs, des pensées, réalisées elles aussi en cheveux.

Ce type d’objet est fréquent au dix-neuvième siècle. Il s’agit souvent de conserver un souvenir d’une personne disparue. Même si cela peut provoquer un certain malaise quand on connait l’origine de ce type d’ouvrage, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de réalisations artistiques remarquables et d’objets de curiosité inédits.

Catégorie :

Nos garanties

Livraison :

Votre commande sera traitée dans un délai de 1 à 3 jours ouvrés.

100% sécurisé :

Notre protocole SSL garantit une transaction sécurisée.

Options de paiement :

Vous pouvez réserver un article et venir le payer sur place.

Cadre cheveux reliquaire : ce petit cadre reliquaire de forme ovale, de style Napoléon trois. Le cadre est noir rehaussé d'un filet d'or. Le verre protégeant la composition est bombé et l'intérieur contient des mèches de cheveux blonds et bruns. Certaines de ces mèches sont travaillées pour former des fleurs.  Il s'agit d'un cadre souvenir. Il mesure quatorze centimètres et demi par seize centimètres. L'utilisation des cheveux en bijouterie et autres accessoires est ancienne. On en retrouve dès le dix-huitième siècle, mais plus fréquemment au dix-neuvième. Outre sa résistance remarquable, le cheveu est aussi porteur de valeurs sentimentales. On parle d'ailleurs de "bijoux de deuil". Il s'agit souvent d'utiliser des cheveux de parents décédés afin de garder un souvenir. Cette tradition disparaîtra d'ailleurs avec la démocratisation de la photographie permettant elle aussi de conserver un souvenir de la personne disparue. Mais pas seulement, on fabriquera aussi des bijoux à base de cheveux, médaillons que les futurs mariés s'offraient.  Ainsi, chaque ville aura son artisan fabriquant ce type d'objet à l'image de Ferdinand Croizat, fondateur de la deuxième académie de coiffure à Paris en 1836. On retrouve cependant cette tradition dans la conservation encore en vigueur de nos jours d'une mèche de la première coupe de cheveu d'un enfant. Ces objets aujourd'hui peuvent provoquer un certain malaise. Ils sont cependant le reflet d'un art ancien et remarquable de précision.

Informations complémentaires

Dimensions14 × 16 cm
error: Le contenu est protégé