fbpx
Logo de la boutique d'ancien et vintage Puces et Encore
L'article a été vendu, prenez contact nous pouvons peut-être vous trouver un article similaire

Cadre reliquaire en cheveux

Cadre reliquaire en cheveux : datant de 1930, Il est de forme rectangulaire. Il s’agit d’une petite vitrine de deux centimètres de profondeur. Au centre une photographie représentant une femme. La photographie est entourée d’une guirlande de fleurs et feuilles composée de cheveux. Chaque angle est également décoré de volutes de cheveux.

En bas une inscription précisant le nom de cette personne, sa date de naissance et de décès. En haut une phrase : « Elle était aimée de tous parce qu’elle savait s’oublier pour tous ».

Ce type d’objet était très fréquent avant l’avènement et la démocratisation de la photographie au dix-huitième et dix-neuvième siècle.
Cette réalisation, plus récente combine deux façons de conserver un souvenir de la personne disparue.

Ce type d’objet, même si il peut provoquer un certain malaise, demeure un objet de curiosité et un travail remarquable.

 

Catégorie :

Nos garanties

Livraison :

Votre commande sera traitée dans un délai de 1 à 3 jours ouvrés.

100% sécurisé :

Notre protocole SSL garantit une transaction sécurisée.

Options de paiement :

Vous pouvez réserver un article et venir le payer sur place.

Ce cadre reliquaire en cheveux avec photographie est rectangulaire et mesure dix-huit par treize centimètres. Il s'agit d'une petite vitrine de deux centimètres de profondeur. Elle comprend au centre la photo une femme, entouré d'une guirlande de cheveux formant fleurs et feuilles. Chaque angle de la composition est également décoré de volutes de cheveux avec une fleur au centre. Des inscriptions sont présentes en haut et en bas du cadre : " Elle était aimée de tous parce qu'elle savait s'oublier pour tous" "Souvenir de Marie-Louise Laulus, née Lacoste, le 15 mai 1856, décédée le 7 janvier 1930". Cette dernière inscription permet de dater l'objet.

Ce type de composition était très en vogue au dix-huitième et dix-neuvième siècle. Les cheveux ont depuis fort longtemps été utilisés pour fabriquer des bijoux ou autres accessoires, ils l'étaient pour leur robustesse mais surtout pour leur valeur sentimentale. En effet, a cette époque la photographie n'était pas encore développée ou démocratisée. Et ces compositions constituaient les seuls souvenirs que l'on pouvait conserver des personnes disparues. Si Nicéphore NIEPCE réalisa la première photographie en 1826, il fallut encore de nombreuses années pour que celle-ci se démocratise et soit accessible à tous.

Aussi ce reliquaire fait un peu exception en cela qu'il combine ces deux moyens de se souvenir et rendre hommage à la personne disparue.

Si ce type d'objet par ce qu'il représente peut générer un certain malaise, il n'en reste pas moins un objet de curiosité et un travail remarquable.

Informations complémentaires

Dimensions 2 × 13 × 18 cm
error: Le contenu est protégé